Mathieu Laca est né à Laval en 1982. À l’âge de 17 ans, une première série de ses œuvres est exposée en contexte professionnel, soit à la Maison des Arts de Laval. En 2002, il reçoit le Prix du conseil de la culture de la ville de Laval et est sélectionné par Marc Séguin pour prendre part à l’exposition collective Génération Montréal où est réunie la crème de la jeune peinture montréalaise. Laca obtient un baccalauréat en arts visuels de l’Université Concordia en 2005. Ses œuvres font partie de collections publiques et privées au Canada, aux États-Unis, en Norvège, en Allemagne, en Espagne et en Israël. Il vit et travaille à Laval.

Les portraits sont les miroirs les plus efficaces. Ils communiquent de la manière la plus immédiate qui soit. À peine sommes-nous nés, nous commençons à interagir avec notre entourage à travers les expressions. Cette éducation précoce nous permet de lire instinctivement les plus infimes subtilités d’une psyché à travers les  traits. Aussi, comme la société devient de plus en plus individualiste et que les idéologies fédératrices  emblent se retrancher dans la sphère de l’intime, la question de l’identité paraît prendre une importance nouvelle.

“Mon approche consiste à trouver le point de rupture d’un visage, d’un corps. Trouver le degré de la plus extrême tension entre la réalité représentée et les conditions de sa représentation. J’aimerais qu’un visage émerge de la matière peinte comme par lui-même. J’aimerais qu’un corps prenne vie d’un jet de peinture, que la réalité et son déferlement coloré ne fassent plus qu’un. Qu’au final, l’œuvre semble prendre vie par elle-même. L’inachevé, le non finito, l’«étude» sont les conditions essentielles de cette démarche exploratoire.”