Artiste interdisciplinaire, Linda Lee est issue de la pratique théâtrale. L’espace communément appelé local de répétition où les comédiens se rassemblent pour travailler a été pour elle la première forme d’espace dédiée à l’exploration créative. Depuis quelques années, elle  adopte la pratique du dessin avec modèle vivant. Le modèle lui permet d’établir avec l’autre, une réelle rencontre, une communication au rythme d’une respiration partagée; le dessin en direct de faire dans le spontané, l’organique, l’intuitif ; le nu, de montrer sans artifice et non de faire chaire; l’atelier, de provoquer une rencontre, une traversée tendue et risquée. Le portrait est une sorte de point de vue, une signature, une essence, le témoignage d’une époque, un éditorial …

Il compose à la fois la dualité du singulier/pluriel.

L’histoire d’un portrait se raconte dans le silence de part et d’autre de la feuille. Celle de deux funambules au diapason obligé de leur être en soi suspendu autour d’un même vertige.

Native de Saint-Romuald, Linda réside en deux lieux : Lévis et Frampton, en Beauce. Formée dans les années 70 en arts d’interprétation au Conservatoire d’art dramatique de Québec, elle complète, dans les années 80, un baccalauréat en communication et journalisme. Elle crée à Lévis, avec Bernard Bonnier, l’organisme PluraMuses, invitant les artistes à mettre en œuvre des productions scéniques qui explorent la dramaturgie sonore et visuelle. Elle sera, pendant la décennie 90, de la cohorte des fondateurs de Méduse. Autodidacte en arts visuels, elle commence à s’intéresser au dessin en 2000, puis démarre et dirige, depuis 2009, les Ateliers libres de la Chapelle où elle s’exerce au dessin avec modèle vivant.